Faire la paix avec sa créativité

Rester inspirée ?

Les lettres créatives

directement dans votre messagerie

Cette lettre est gratuite. Mais comment est-ce possible ? Chaque fois que vous soutenez mon travail, par exemple en achetant une de mes formations, un de mes livres ou une aquarelle, ou simplement en en parlant autour de vous, vous contribuez à assurer son existence.

Chère âme d'artiste,

Comment percevez-vous votre créativité ? J’échangeais cette semaine avec l’une d’entre vous qui m’écrivait sur Instagram « en ce moment, ma créativité est en berne ». Je sentais dans son message toute la frustration que ce constat générait pour elle, comme si « être créatif » constituait un indicateur de bonheur et que les moments « non créatifs » apparaissaient comme le symptôme de quelque chose dont il y avait lieu de se désoler. Un problème auquel il fallait remédier.

En y réfléchissant, c’est effectivement un peu le message ambiant : de plus en plus souvent, on inscrit la créativité au baromètre du bonheurMais ne serait-ce pas un peu dangereux ? À mon avis, méfions-nous de cela.

D’abord parce que « la créativité » est un concept complexe et flou. Accrochez-vous pour en donner une définition ferme. Tout comme l’amour, la vie, ou l’éternité, la créativité nous file entre les doigts. Elle fait partie de ces grandes idées devant lesquelles nous n’avons d’autre choix que de tenter d’être ouvert, curieux et attentif aux mouvements qu’elle provoque en nous. Tenter de la saisir à pleines mains, c’est presque qu’une garantie pour provoquer sa fuite.

La deuxième image qui me vient en tête est de nature plus organique et pragmatique. Imaginez un muscle. Votre biceps gauche, mettons. De quoi votre biceps gauche a-t-il besoin pour fonctionner ? Il a besoin, par exemple :

De nourriture pour que puissent se renouveler ses cellules.
De repos pour se régénérer.
De sollicitations régulières pour entretenir sa motricité.
Mais pas trop pour ne pas se blesser.
De soins : il aime être massé, étiré, malaxé.
D’être poussé un peu de temps en temps pour devenir plus vaste, plus solide, plus fiable.

Bref, pour qu’un muscle fonctionne quand on en a besoin, cela nécessite tout un ensemble de choses. En y réfléchissant, on passe davantage de temps à le soigner et l’entretenir qu’à l’utiliser. C’est ainsi que, personnellement, je vois la créativité : un muscle.

Aussi, si vous sentez que votre âme créative a momentanément pris la poudre d’escampette, plutôt que de forcer, voici plusieurs choses que vous pouvez faire…

Quand la créativité est à plat

Aller flâner le nez au vent sans prendre votre appareil photo.

Prendre des places pour une expo, pas forcément en photographie d’ailleurs : tous les arts se nourrissent les uns des autres. Peinture, sculpture, design, danse… allez vers ce vers quoi vous porte votre coeur.

Apprendre quelque chose de nouveau. Par exemple : apprenez à utiliser le retardateur de votre téléphone. Et amusez-vous avec. Cela prend seulement quelques minutes et je vous garantis que cela vous ouvrira un nouveau champ de possibilités.

Faire de petits exercices pratiques. Par exemple : exercez-vous à régler la lumière sur votre appareil. Pas besoin pour cela de bloquer une heure. Profitez d’un moment de flottement dans la journée et offrez-vous juste quelques minutes de pratique.

Vous amuser à refaire des photos que vous avez déjà faites. C’est extraordinaire, pour voir comment votre regard sur les choses évolue. Et, souvent, c’est bon pour le moral car vous pouvez mesurer votre parcours.

Entreprendre de copier une photo de quelqu’un que vous admirez. C’est l’exercice le plus formateur au monde, à mon avis. Et le plus amusant. 

Et n’oubliez pas le plus important : vous pouvez aussi ne rien faire du toutRien que de l’écrire, d’ailleurs, ça fait du bien ;)

Ce qui m’aide le plus, lorsque ma créativité manque à l’appel ? 

Sans hésiter : la nature. Mettre le nez dans le bleu du ciel en imaginant tout ce qu’il a vu passer avant moi, apprendre à reconnaître les arbres et le nom de leurs fruits auxquels on accorde souvent une moindre attention, mettre les pieds dans l’eau glacée d’un cours d’eau galopant vers on ne sait pas trop où, caresser l’étrange duvet dont certaines feuilles sont entièrement couvertes, fermer les yeux en laissant les ombellifères me chatouiller les mollets.

Et voilà que l’automne a déjà fait son entrée. Comme le temps passe vite ! La semaine prochaine, j’espère ouvrir les portes de Vivre & Créer, mon nouveau site. Je vous raconterai tout cela la semaine prochaine lors d’un live Instagram le vendredi 2 octobre à 12h30. L’atelier Insta-Gratitude devrait réouvrir quant à lui en novembre avec une version spéciale “pro” (je vous en reparlerai).

Je vous souhaite une excellente fin de journée, À la semaine prochaine !

Anne-Solange

Retour haut de page