“Des moments, pas des choses”

Rester inspirée ?

Les lettres créatives

directement dans votre messagerie

Cette lettre est gratuite. Mais comment est-ce possible ? Chaque fois que vous soutenez mon travail, par exemple en achetant une de mes formations, un de mes livres ou une aquarelle, ou simplement en en parlant autour de vous, vous contribuez à assurer son existence.

Chère âme d'artiste,

La photographe britannique Sara Tasker, créatrice du compte instagram @me_and_orla et dont j’aime énormément le travail, a coutume de dire ceci : “Moments, not things” pour expliquer le véritable travail du photographe.  Capturer des moments plutôt que des choses. Pour moi, c’est la meilleure formule pour décrire ce qui fait qu’une photo nous touche ou non. Si vous êtes sensible à l’idée que vos photos soient créatrices d’émotions pour vous-même, vos proches, vos followers ou vos clients, gardez cette idée à l’esprit : est-ce que je me contente de montrer ce qui m’intéresse, ou est-ce que je raconte le moment ? Est-ce que cette photo me raconte une histoire ?

Cela vous semble abstrait ? Pourtant, communiquer des émotions, raconter des histoires, c’est tout sauf abstrait. Par exemple, regardez cette photo, choisie pour illustrer le thème de demain du projet 365 jours d’inspiration. 

Je l’ai prise en 2016, l’été où ma cousine m’avait offert ma première boîte d’aquarelle. À l’époque, j’étais fascinée par le lettering, je voulais donc immortaliser mon premier essai. Mais pas seulement, j’avais envie de fixer ce moment particulier : la table sous le parasol, l’été, mon petit bazar, le plaisir de dessiner quelque chose de nouveau pour moi…

C’est vrai cette photo montre effectivement ma création. Mais a-t-elle le pouvoir de faire vibrer votre corde sensible ? J’en doute fort.

Mais dans cette deuxième version, prise à quelques secondes d’intervalle, qu’est-ce qui se passe ? 

Là, tout est différent : on se sent un peu comme si on était par dessus mon épaule, avec moi, à regarder l’évolution du dessin. Il y a le petit désordre typique du dessinateur et la table à gros carreaux, l’amorce d’une main qui place la photo dans un instant de vie…

Entre ces deux photos, il n’y a pratiquement aucune différence. Pourtant, l’une raconte quelque chose et pas l’autre. Pourquoi dans un cas la magie opère et pas dans l’autre ?  C’est exactement l’objet de mon atelier photo en ligne : vous donner les clefs pour mettre ce petit supplément d’âme dans vos images. 

Voici par exemple ce qui s’est passé ici : dans le premier cas, je me suis contentée de diriger l’écran de mon téléphone vers l’objet de mon attention et que dans le deuxième, j’ai mis en oeuvre mes connaissances.

Je sais par exemple qu’un peu de recul permet souvent de créer un contexte, et qu’il faut faire attention à la manière dont on place dans l’image l’objet sur lequel on désire attirer l’attention. Je sais qu’un élément corporel ajoute souvent un petit soupçon de vivant qui fait du bien. Mais que le cendrier, s’il avait pris trop de place, aurait gâché l’image parce qu’on n’aurait vu que lui. Et aussi qu’un motif à carreaux peut ruiner une photo en moins de deux si l’on n’y prend pas garde. 

Vous voyez où je veux en venir ? La magie d’une bonne photo, c’est savoir à prendre les bonnes décisions, pour immortaliser les bons moments.

Et surtout, rappelez-vous : des moments, pas des choses. C’est vraiment ça, le secret.

21 juillet - Dessiner

Une fois la photo faite, j’ai encore procédé à quelques retouches : la couleur, ici, ne jouant aucun rôle particulier, j’ai préféré l’atténuer pour réduire au maximum les points colorés susceptibles de détourner l’attention du dessin. L’image de départ était un peu jaune-vert, il a donc fallu en tirer parti. Enfin, j’aimais bien cette ambiance “vert profond, noirs, touches de blanc, pointe d’ocre…” des couleurs finalement qui correspondaient bien au texte d’Isak Dinesen (pseudonyme de Karen Blixen).

Et vous, qu’allez-vous imaginer pour illustrer le thème de demain, dessiner ? Demain, nous parlerons d’un type d’image tout à fait différent : les images qu’on fait quand rien n’est vraiment photogénique, mais qu’on a quand même envie de faire une jolie photo :) D’ici là, j’ai hâte de voir se déployer votre imaginaire ! Sur Instagram, pensez à utiliser le tag #365joursdinspiration qui permet de retrouver toutes les photos publiées par chaque participant au projet :)

Je vous rappelle que les inscriptions pour mon cours de photo en ligne se terminent dans moins d’une semaine : le 27 juillet à minuit. Pour le rejoindre dès maintenant, c’est ici.

A demain pour une nouvelle lettre,

Anne-Solange

Retour haut de page