Être présente au bon moment

Rester inspirée ?

Les lettres créatives

directement dans votre messagerie

Cette lettre est gratuite. Mais comment est-ce possible ? Chaque fois que vous soutenez mon travail, par exemple en achetant une de mes formations, un de mes livres ou une aquarelle, ou simplement en en parlant autour de vous, vous contribuez à assurer son existence.

Chère âme d'artiste,

Plus le temps passe, plus je deviens terre à terre.  Contrairement à l’idée romantique qu’on s’en fait, la vie d’artiste est le plus souvent très terre à terre et pragmatique :) Mais on dirait que les fées qui se sont penchées sur mon berceau ne cessent de me ramener au sentiment des mystères du monde, et à la manière dont ils emplissent l’air de merveilleux et de magie. Peut-être ressentez-vous cela, vous aussi ?

La photo  prise pour le thème de demain dont l’intitulé est “velouté” en est un exemple un peu fou : 

Lundi matin, je tombe en me promenant sur Facebook, sur ces photos incroyables du photographe animalier Joe Neely, partagées par ma tante Jeanne qui nous régale régulièrement de trouvailles artistiques, souvent en lien avec la nature. La photo, nous apprend la légende, montre des abeilles endormies dans le coeur d’une fleur, le corps couvert de pollen.

L’idée me semble si extraordinaire, mais aussi si incongrue que je m’empresse de vérifier l’information sur différents sites internet. Et il semble c’est bel et bien le cas : les abeilles piquent parfois un petit somme dans le coeur de certaines fleurs. Je partage à mon tour cette publication incroyable et entame ma journée de travail.

Quelques heures plus tard, comme tous les lundis, j’explore mes idées pour les cinq newsletters de la semaine. Lorsque mes yeux se posent sur le thème de demain “velouté”, une image de bourdon s’impose instantanément. J’adore ce petit animal à fourrure et je me demande alors s’il arrive aux bourdons aussi de dormir dans les fleurs ? Mais comme il n’est pas possible de prendre en photo un bourdon sur commande et comme j’ai une newsletter à préparer pour mercredi, j’écarte immédiatement cette idée de bourdon  pour faire de la place à d’autres possibilités.

Vers 19h le même jour, en allant vérifier le courrier je tombe sur lui : un bourdon parfaitement immobile suspendu à ce qui me semble être une fleur de ciboulette. Il est, comme les abeilles de la photo, couvert de pollen et semble dormir du sommeil du juste. La probabilité pour qu’une telle chose se produise ? À peu près la même, je suis sûre, que celle de me faire mordre par un ours sans quitter mon canapé.

Evidemment, ce genre de cadeau ne se refuse pas : j’ai couru chercher mon téléphone :)

Photographier un si petit animal à l’aide d’un simple téléphone n’a rien de facile. Mais cette immobilité providentielle facilitait un peu les choses et… j’ai un truc : une simple loupe de lecture ! La loupe, collée à l’objectif remplit son office de la même manière qu’avec nos yeux : elle agrandit. Le résultat n’est pas parfait et demande quelques minutes d’entraînement, mais cela fonctionne et, en tout cas, fonctionne beaucoup mieux que sans rien du tout :)

J’ai passé un moment fabuleux à observer et photographier mon petit compagnon ailé, m’approchant de lui comme jamais auparavant. C’était un vrai instant de pur émerveillement.

La raison pour laquelle j’ai entrepris ce projet avec vous. Le sens même de mon atelier photo : vous aider à voir, à contempler et à sublimer ces cadeaux de la vie, cadeaux qui deviennent de plus en plus nombreux à mesure qu’on décide de leur faire de la place.

2 juillet - Velouté

J’ai pris des dizaines de photos et, si la loupe s’est avéré LA solution parfaite pour capturer un maximum de détails, on est tout de même assez loin d’une qualité satisfaisante pour – par exemple – faire l’objet d’une impression professionnelle. Heureusement, ce n’est pas le plus important ici : ce qui compte, c’est définitivement d’avoir conservé une trace de ce moment magique et d’être en mesure de la partager.

En dehors des retouches de couleur pour s’approcher de mes goûts personnels, le travail de correction d’image a surtout consisté à optimiser la netteté de la photo (oui, c’est possible, dans une certaine mesure évidemment) et supprimer la ligne formée par reflet de la loupe, qui coupait l’image en deux.

Et vous, avez-vous des histoires comme celles-ci à me raconter ? Des anecdotes qui vous ont frappées par leur aspect inattendu et plein de fantaisie, tout au long de ce projet 365 jours d’inspiration ? J’aimerais tellement les lire. Pour cela il suffit de répondre à ce mail comme à un mail ordinaire :)

Avant de vous laisser, deux petites infos : fin juillet, je vais fermer pour quelques mois les inscriptions à l’atelier Insta-Gratitude, mon cours de photo en ligne. Je vous en dirai davantage dans les jours qui viennent, mais pensez à vous inscrire sans trop tarder si vous aviez prévu de profiter de l’été pour vous perfectionner en photo et comprendre enfin tous les mystères de l’appareil photo de votre téléphone. 

Si vous êtes inscrite à l’atelier pas de panique : les inscriptions seront fermées, mais l’atelier, lui, reste bien sûr en activité (y compris le groupe privé dans lequel vous pouvez me poser vos questions).

À demain pour de nouvelles aventures !

Anne-Solange

Retour haut de page