Donner du relief à une photo terne

Rester inspirée ?

Les lettres créatives

directement dans votre messagerie

Cette lettre est gratuite. Mais comment est-ce possible ? Chaque fois que vous soutenez mon travail, par exemple en achetant une de mes formations, un de mes livres ou une aquarelle, ou simplement en en parlant autour de vous, vous contribuez à assurer son existence.

Chère âme d'artiste,

La simple évocation du thème demain, une petite brise, suffit à elle seule à m’offrir quelques minutes de vacances et d’évasion. Pour moi, une petite brise c’est un jour de beau temps en mer – ciel bleu ou gris peu importe – sur un bateau toutes voiles dehors. Quelque chose de vif qui nous fait nous sentir vivant. 

C’est, par exemple, cette photo, prise en 2014 depuis le ferry qui me ramenait de l’île de Groix.

Cette photo n’a besoin de rien de plus pour évoquer plein de souvenirs pour moi, elle raconte tant de choses du monde dans lequel j’ai grandi qu’elle suffit à me transporter. Quand je la regarde, j’ai par exemple le gout du sel séché au coin des lèvres et les narines saisies par l’odeur du moteur près de la table à cartes ; j’entends les haubans qui chantent, la voix de ma grand-mère qui insiste pour que je mette le nez dehors… et mille autres souvenirs de ce genre qui affluent ainsi comme des bulles de champagnes.

Mais vous.

Si vous, vous n’avez jamais mis les pieds sur un voilier. Je ne suis pas sûre que cette photo vous amène à quelque pensée romantique. Spontanément, je dirais plutôt que vous vous dites : temps pourri, vent, vieille mer grise pas commode… Peut-être pas de quoi faire rêver les foules. 

Vous voyez où je veux en venir ? Mon travail à moi, c’est de vous amener dans mon monde. Chercher comment vous communiquer mes sensations à travers l’image. Comment vous raconter cette histoire avec mes yeux et ma sensibilité propre ? 

Comment amener l'autre dans mon monde ?

Le truc qu’on oublie souvent, quand on prend une photo avec l’intention de la publier, c’est qu’il ne s’agit pas que de nous. Il s’agit aussi de l’Autre, la personne qui regardera la photo. Cette personne, ce n’est pas à elle de comprendre où on veut en venir avec notre photo. C’est à nous de l’inviter. Si on oublie ça, on ne fait que la moitié du job

C’est vrai aussi d’un texte : la personne qui va nous lire a-t-elle toutes les billes  pour nous comprendre ? Qu’est-ce qu’on pourrait faire pour lui tendre la main et l’amener dans notre monde ?

Le travail de l’artiste, il naît dans cet échange : quand je commence à me demander non pas seulement ce que je veux raconter, mais comment j’ai envie de le raconter. Sur quoi je veux mettre l’accent. Là, ça devient intéressant.

Mais alors, concrètement ?

Evidemment, il n’y a pas de recette miracle. Mais voici par exemple ce que j’ai fait sur cette photo. Déjà, j’ai centré le bateau parfaitement dans l’image afin de lever toute ambiguité : cette photo, elle raconte la mer et nous, petite chose perdue au milieu de tout ça, qui se sent libre et sauvage. Si j’avais voulu y consacrer davantage de temps, j’aurais même carrément supprimé l’horizon et le petit voilier en haut à gauche, de manière à donner un sentiment d’immensité encore plus net. Aussi, pour renforcer cette impression, j’ai usé d’autres moyens : j’ai ajouté de la vignette pour donner encore plus d’importance à ce point central surtout, j’ai utilisé l’outil “courbes” pour mieux définir l’image et lui ôter ce côté brumeux. 

L’outil courbes, est génial. Il est présent dans presque toutes les applications d’édition d’image. C’est un outil pas super intuitif et qui demande de bien comprendre les bases de la retouche, mais une fois qu’on sait s’en servir, c’est vraiment une fonction surpuissante, c’est pourquoi j’en ai fait une leçon complète dans mon cours photo. D’ailleurs, la plupart des filtres que vous utilisez sont réalisés en manipulant les courbes. Regardez la différence :

avant

après

En plus, l’outil courbes ici, me permet de dégriser l’image. Certes, en le faisant, on s’éloigne un peu de la réalité : la mer était effectivement grise ce jour-là. Mais en la rendant plus bleue, ça nous raconte immédiatement le frais vif et joyeux, la profondeur des eaux. Bleue ou verte, c’est ainsi qu’on se représente la mer. Pas grise. Si je la laisse grise, c’est parce que je veux raconter le gris. Sinon, c’est une information qui nous emmène dans la mauvaise direction. 

Vous voyez ce que je veux dire ?

3 juin - Petite brise

avant

Une photo un peu neutre et terne

après

Une photo plus vivante, plus fraiche.

C’est drôle comme, parfois, la différence n’est pas flagrante et pourtant ça change tout. Et maintenant, j’ai hâte de voir ce que vous, vous allez faire avec cette petite brise ! N’oubliez pas d’utiliser les hashtags #365joursdinspiration et #atelierinstagratitude pour qu’on puisse se retrouver et voir le travail des unes et des autres :)

Je vous souhaite une journée délicieuse ! À demain,

Anne-Solange

Retour haut de page