On peut tous peindre et dessiner ?!

Ma grande aventure

Je vis de mon travail d’artiste autrice et photographe depuis des années ( j’ai écrit à ce jour plus de trente livres dans des domaines aussi divers que des romans, le développement personnel et le DIY, tous publiés dans de grandes maisons d’édition), mais il y a encore peu de temps, la peinture était loin de mes préoccupations.

Avant 2018, je n’avais plus tenu un pinceau depuis le collège. Plus exactement, l’expérience avait été à chaque fois si décevante que je n’avais pas songé à persévérer. En 2002 un trimestre de cours du soir aux beaux arts à Paris avait achevé de me décourager.

Pendant quinze ans, j’ai décidé de laisser cette discipline aux “gens doués pour ça”puisque de toute évidence, je n’en faisais pas partie. Mais en 2018, il s’est passé deux choses.

Le premier pas

En 2018, donc, il s’est passé deux choses. La première : j’ai dévoré le livre “Dessiner avec le cerveau droit” de Betty Edwards qui montre comment on peut apprendre à dessiner en cinq jours seulement (et qui ne ment pas !!).

La deuxième : j’ai découvert les tutos en anglais en ligne d’aquarelle réaliste  sur youtube. Pour la première fois, je pouvais peindre ce que je voyais et j’avais l’impression de faire de la magie. ces tutos m’ont ouvert la voie de l’aquarelle botanique, que je pratique depuis. 

Grace à eux, j’ai appris que l’aquarelle (pas plus que le dessin) ne nécessitent aucun don particulier, seulement la curiosité de comprendre “le mode d’emploi”. 

Janvier 2018

2018 - Une année d'exploration

L’année 2018 est celle de mes premiers pas. Je n’y connais rien de rien et tout est à défricher. Je ne sais même pas quel type de dessin ou d’aquarelle j’ai envie de pratiquer. Je me lance tous azimuts, j’essaie, c’est une année d’exploration. Voici quelques moments clefs de ces premiers mois, pendant lesquels je n’ai de cesse de me trouver confrontée à ma maladresse. Pourtant, je m’amuse énormément.

Janvier 2018

Je fais l’exercice du livre de Betty Edwards qui se trouve page 55. Il me marque fortement : je viens, alors que je ne sais pas dessiner, de réussir à reproduire un dessin de… Picasso. Pour la première fois, une petite lumière s’allume et je me dis “c’est possible”.

fevrier 2018

J’ai envie de peindre depuis toujours. Je ne sais pas pourquoi l’aquarelle me fascine en particulier. On m’a offert une palette et je me contente de faire des formes sur le papier. C’est mystérieux. Je n’y comprends pas grand chose à part que j’aime.

mai 2018

Le mystère de l’aquarelle reste entier. Je tente des choses. Souvent, ça ne donne rien. Parfois c’est joli, mais je suis bien en peine de dire pourquoi. Ces mots “And so, the adventure begins”… Je suis loin de savoir à quel point il vont s’avérer gorgés de sens !!

juin 2018

Je poursuis mes explorations. À ce stade, peindre des lettres me semble beaucoup plus facile que de tenter de représenter quelque chose. Je me sens tellement maladroite. Par contre, j’ai investi dans une belle palette, ce qui signifie : je suis mordue, ça y est.

juin 2018

Au fond de moi, je crois que je sais déjà ce que j’ai envie de peindre : la nature. J’ai envie de représenter des végétaux, de les observer minutieusement et consigner ce que je vois. Mais mes essais ne donnent rien. C’est très frustrant. 

Juin 2018

Je tombe sur ce tuto de Anna Mason. Sa promesse : peindre une poire de manière réaliste. Je me lance sans y croire vraiment et… le résultat me laisse sans voix. Cette poire, c’est le moment où quelque chose s’est vraiment allumé pour moi.

Juillet 2018

La poire déclenche une frénésie de tentatives de toute sorte. Je me lance plus confiante et cela change absolument tout. Je ne sais pas vraiment ce que je recherche et j’enchaine les maladresses mais je me sens pousser des ailes !

Juillet 2018

Pour la première fois, je réussis une peinture qui me plait. Je ne sais pas ce qui se passe ce jour-là, pourquoi j’y arrive mieux que les autres jours : c’est un moment de grâce. Je l’ignore, mais il va me falloir un moment pour réussir à nouveau cet exploit.

2019 - Un pas en avant, deux pas en arrière

Des difficultés familiales au dernier trimestre de l’année 2018 me conduisent a laisser de côté mes pinceaux pour quelques mois. Lorsque je me remets à l’aquarelle, en janvier 2019, j’ai l’impression d’avoir perdu le peu que j’avais appris. Mais je m’y remets avec coeur. Et je progresse ! Je découvre aussi que l’aquarelle ne se laisse pas dompter si facilement. Avec elle : un pas en avant, deux pas en arrière !

janvier 2019

Après 5 mois sans peindre, je me contente de faire des bulles de couleur dans lesquelles je regarde les pigments se fondre entre eux. Le résultat ne m’inspire guère, mais l’acte lui-même est relaxant et méditatif.

Fevrier 2019

Décidément, j’aime les planches naturalistes, les dessins scientifiques, la botanique… Ce dessin, inspiré d’une vieille gravure me le rappelle. Mais je manque tant de technique que je ne parviens jamais à faire ce que j’ai en tête.

Mars 2019

Dépitée par mon incapacité à utiliser correctement les couleurs et à maitriser mon pinceau, je fais un bref passage en direction de la peinture abstraite. C’est amusant et plein de surprises. Mais ce n’est pas ce que je cherche.

Avril 2019

Je recommence à faire des tutos sur internet. À vrai dire, je les essaie tous. Et… je sens que je commence enfin à comprendre le truc (ici c’est un tuto de Billy Showel). Je trouve à ce moment-là une nouvelle motivation.

avril 2019

J’ai beaucoup progressé en dessin à force de griffonner le soir en regardant un film, mais la peinture me semble toujours capricieuse : je ne comprends pas pourquoi ça marche parfois, et pas d’autres. C’est un mystère. 

avril 2019

Souvent, ça donne des pâtés. Mais parfois, au milieu des auréoles, des coups de pinceaux grossiers et des ratés, surgit un croquis qui donne quelque chose de beau. Quand cela arrive, je suis remotivée pour des semaines.

Juin 2019

Mais dès que je prends confiance en moi… patatras ! Le dessin suivant est raté. Je ne comprends pas encore bien les mélanges de couleur, les tons, les valeurs, l’eau. En fait, j’ai souvent du mal à savoir d’où viennent mes erreurs. 

Octobre 2019

Mes progrès sont indéniables. Je continue à tenter plein de choses. La plupart de mes peintures sont inachevées, mais ce n’est pas grave. Fin 2019, je sais une chose : j’ai trouvé “mon truc”. Ce sera l’aquarelle botanique. Et je veux l’enseigner.

2020 - Quand l'élève est prêt, le maître arrive

“Quand l’élève est prêt, le maître arrive” dit le dicton. C’est ce qui s’est passé. Le 29 janvier, en me promenant sur Internet, je découvre totalement par hasard l’existence d’une formation en aquarelle botanique. Je n’ai pas besoin de réfléchir pour savoir que je veux le faire et sans même regarder les détails (prix, investissement demandé, modalités) je décide d’envoyer ma candidature.

Janvier 2020

Courant janvier 2020, j’apprends que je suis prise pour le “Certificate in botanical illustration” du RBGE. Je suis tellement heureuse ! Et si stressée à l’idée de ne pas avoir le niveau que je m’entraîne chaque soir.

février 2020

Ma cousine M. qui a fait une école d’art me conseille de “dessiner de manière répétitive des sujets ennuyeux pour trouver mes propres solutions graphiques”. Je prends tous les conseils, et celui-ci est excellent !

mars 2020

Le cours commence. Je me sens très débutante comparée aux autres élèves. Il me faut travailler énormément pour tenter de me mettre au niveau. Cette formation n’est pas facile, mais si j’avais le moindre doute il est levé : j’ai trouvé “mon truc”.

mars 2020

Je découvre que l’aquarelle botanique est une discipline exigeante, qui demande d’apprendre la précision, les mesures, la patience. Autant de qualité que je n’ai pas a priori. Mais je ne me décourage pas.

avril 2020

Enfin, on passe à la peinture ! Peu à peu, les mystères se lèvent. Même si la pratique reste la clef, je me sens de plus en plus à l’aise. Je travaille énormément : chaque week-end est consacré à mon cours. Et ça paie.

mai 2020

Pour la première fois, je peins quelque chose d’après nature, sans aide extérieure. Et le résultat est bon. Ma tutrice au cours d’aquarelle botanique est aussi très encourageante, je reçois de très bonnes appréciations.

Juillet 2020

Je continue de travailler d’arrache pied. Les autres élèves ont un très bon niveau et leur travaux me poussent à me dépasser. En septembre, je suis certifiée par le RBGE “with distinction”, soit la mention la plus élevée.

Septembre 2020

Je n’ai plus aucune raison d’attendre. Je suis prête à me lancer. En tant qu’artiste et en tant qu’enseignante. Dès septembre, je donne mes premiers cours. Cette petite cerise marque le premier pas vers ma nouvelle vie.

Et ensuite ?

En retraçant avec vous les trois années qui viennent de s’écouler, j’espère vous avoir convaincue que vous n’avez besoin d’aucun don particulier pour vous lancer à l’aquarelle. 

Comme vous peut-être, je faisais partie de ces personnes qui pensaient que c’était un rêve absolument inaccessible. C’est pourquoi je veux partager mon expérience afin d’accompagner d’autres âmes créatives à prendre conscience de leur capacité à peindre et les guider sur ce merveilleux chemin.

Ma première formation en ligne verra le jour début 2021.

L’aquarelle botanique (comme l’aquarelle réaliste en général) font appel à des techniques particulières. Je suis en ce moment même en train de travailler à un accompagnement complet pour vous aider à démarrer dans de bonne conditions . En attendant, je vous propose des ateliers en présence, ainsi que des rendez-vous en ligne (cliquez ici, pour voir le planning complet). 

Cette formation s’adresse à vous, je désire donc vous impliquer. Ainsi, vos réponses à ce questionnaire m’aideront à préparer la meilleure expérience possible. Un immense merci pour le temps que vous m’accordez (pas plus de quelques minutes, c’est promis)

 

Retour haut de page